Pièce tirée de la première partie des Goyescas, Los Majos Enamorados n°4 est dédiée par Enrike Granados y Campina à son épouse Amparo Gall. Il s’agit des plaintes d’une jeune fille adressée à son rossignol : l’oiseau trille, insouciant, en contraste avec les plaintes mélancoliques de la jeune fille.